ANIMAUX-MACHINES

Pièce pour accordéon, violoncelle et contrebasse d'Alexandros Markeas

Co-commande du Festival de Chaillol et de l’Ensemble C Barré.

Cette pièce a été créée dans le cadre des week ends musicaux de mai par Elodie Soulard, Marine Rodallec et Charlotte Testu.

Animaux-machines est une pièce qui s’inspire très librement des différentes théories d’approche mécaniste du réel (la théorie de Descartes selon laquelle les êtres vivants sont des machines perfectionnées, le mécanisme de La Mettrie et Malebranche)

A ses premières sources d’inspiration s’ajoute en miroir le monde des automates, de ces machines de précision qui reproduisent les mouvements et les attitudes du vivant. En me promenant au hasard, à travers des lectures, des objets, des souvenirs d’expositions, j’ai essayé de reprendre et développer l’univers sonore d’êtres vivants qui s’expriment comme des machines et de machines qui acquièrent une voix organique...

Pleurs, cris et grognements sont ainsi le résultat de dysfonctionnements dans les «rouages» mais aussi des chants mécaniques, lancinants et répétitifs.

Les matériaux premiers de la pièce (chants d’oiseaux, glissandi expressifs, continuos rythmiques, poussières de timbres, boucles répétitives) se développent, disparaissent et réapparaissent comme dans un montage cinématographique à travers cinq mouvements, cinq préludes qui proposent chacun une situation musicale particulière :

1/ Oiseaux oubliés,

2/ Mécanismes,

3/ Oiseaux automates,

4/ Carillon del colore,

5/ Machine esprit.